Comment choisir son détecteur de monoxyde de carbone ?

Chaque année, le Monoxyde de Carbone (CO2) fait plus de 2000 victimes dont une centaine de décès. Afin de lutter contre ces accidents domestiques, le conseil est donc de vous équiper d’un Détecteur de Monoxyde de Carbone. A ne pas confondre avec le Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée (DAAF).

Tout d’abord, un petit rappel sur la formation de ce gaz. Présent à l’état naturel, mélangé à d’autres gaz, il est inoffensif car en quantité infime. En forte dose, il libère tout son potentiel nocif, voir létal.

Les premiers symptômes d’une intoxication se manifestent en général par des maux de tête et des nausées. Très rapidement, l’état peut se dégrader avec un malaise et le décès de la personne. Il convient donc de ne pas prendre ce risque à la légère, d’autant plus que ce gaz est inodore, incolore et insipide.

Au niveau domestique, il peut être le résultat d’une mauvaise combustion d’un appareil de chauffage ou de production d’eau chaude (cheminée ou encore poêle à bois ou à pétrole, chaudière, …)

Le fonctionnement

Le rôle du détecteur de dioxyde de carbone va ainsi être d’analyser l’air ambiant et de détecter la concentration du gaz dans l’air (ppm). A partir de 30ppm, il se déclenchera dans un délai de 120min environ. A 300ppm, le détecteur devra réagir en moins de 3min.

En cas de mesure trop élevée, un signal sonore puissant sera déclenché (environ 85 décibels : de quoi vous sortir du sommeil si cela retentit en pleine nuit). Dès que vous entendez ce signal, sortez immédiatement. Appelez les secours qui procèderont à une vérification, munis de leurs équipements de sécurité.

Les critères pour déterminer votre achat

Actuellement, il a été constaté que la plupart des équipements vendus sont inefficaces. Afin d’éviter un mauvais investissement, cibler les appareils portant le marquage NF 292 ou, à défaut, la norme NF EN 50291 et le nom de l’organisme certificateur.

Pour le placement, privilégiez une fixation au mur, en laissant 20cm d’espace au plafond pour que l’air circule bien. Pensez à l’éloigner d’au moins un mètre de l’appareil à combustion utilisé.

La durée de vie d’un détecteur de monoxyde de carbone est estimée entre 5 à 10 ans. Pensez à le tester régulièrement (une touche test est en général installée sur la façade de l’appareil). Le meilleur choix sera un appareil avec des LED indiquant son état de fonctionnement ainsi que l’usure de la pile. L’affichage sur un écran du niveau de monoxyde de carbone de la pièce est un plus.

Le prix moyen d’un bon détecteur est d’environ 25 €. C’est un budget, c’est certain mais c’est le prix de la sécurité de votre famille !

Enfin, évitez un appareil double usage (détecteur de fumée et de monoxyde de carbone). Bien que pratique, aucun n’a passé tous les tests de fiabilité.

Vous voilà maintenant au fait des critères importants à prendre en compte dans le choix d’un détecteur de monoxyde de carbone efficace. Mais n’oubliez pas que la meilleure sécurité est la prévention. Faites vérifier tous les ans vos appareils de chauffage et d’eau chaude par un professionnel qualifié (ramonage par exemple). Aérez également tous les jours votre logement.